Données et recherches

Il a été difficile historiquement d’obtenir des données détaillées sur les conditions de vie résidentielles de la population étudiante. Effectivement, les données existantes sur le marché locatif produites par la SCHL n’isolent pas les ménages étudiants puisque les données démographiques de Statistiques Canada offrent peu de détails résidentiels. L’UTILE est le seul organisme au Québec à avoir documenté la situation des étudiantes et étudiants locataires permettant ainsi de dresser un portrait inédit.

PHARE 2021

Le PHARE 2021 est la première édition pancanadienne de l’enquête menée par l’UTILE.

Grâce à 71 partenariats avec des universités et des associations étudiantes partout au pays, l’UTILE a pu sonder près d’un million d’étudiant•e•s au sein des 13 provinces et territoires canadiens.

Vous trouverez les rapports de recherches et portraits thématiques issus de l’enquête dans la section Nouvelles du site dès leur publication.

Le PHARE 2021 en chiffres

18 500
réponses
71
organisations partenaires
245 000
étudiant·e·s locataires au Québec
1,5 M
d’étudiant·e·s locataires au Canada
Consulter le rapport québécois

Au Québec, environ 245 000 étudiant·e·s universitaires étaient locataires en 2021

Près de 220 000 d’entre ces locataires vivaient dans des appartements conventionnels sur le marché privé, c’est-à-dire à l’extérieur d’une résidence universitaire.

En moyenne au Québec :

77% des étudiant·e·s universitaires sont locataires.
  • 69% sur le marché privé
  • 8% en résidences universitaires

Parmis les locataires universitaires…

80% demeurent dans la ville de leurs études pendant la saison estivale.
52% vivent en appartement parce que leur domicile familial est situé trop loin de leur lieu d’études.
Loyer étudiant personnel moyen en 2021
Hausse du loyer étudiant personnel en 4 ans

La vulnérabilité des locataires étudiant·e·s

Parmi les étudiant·e·s universitaires locataires…

touchent 20 000 $ ou moins.
allouent plus de 30 % de leur revenu annuel au paiement du loyer, et ce, en incluant dans le revenu les prêts, les bourses et l’aide parentale.
dont le taux d’effort est équivalent ou supérieur à 30 % jugent que leur santé mentale est fragile ou très fragile.
sont inquiets et inquiètes quant au paiement de leur prochain loyer.

La vie en appart étudiant

des étudiant·e·s vivent dans un appartement nécessitant des réparations mineures ou majeures.
58% des étudiant·e·s ont déjà vécu une ou plusieurs des situations suivantes en lien avec la location d’un logement :
  • Se sentir en danger dans son quartier
  • Vivre dans un logement insalubre ou structurellement dangereux
  • Subir un mauvais traitement de la part du ou de la propriétaire
  • Vivre avec des personnes avec lesquelles ils ou elles ne se sentent pas en sécurité

Le logement étudiant d’est en ouest

Cliquez sur les différentes villes pour en apprendre davantage.

L’histoire de l’enquête PHARE

La première édition de l’enquête PHARE (Prospection des habitudes et aspirations résidentielles étudiantes) a été mené en 2014. Initié par l’UTILE, ce sondage a recueilli 11 000 réponses sur quatre campus universitaires et mené à plusieurs projets de recherche.

Une deuxième édition a eu lieu en 2017, récoltant plus de 17 000 réponses à travers le Québec. La recherche résultante a été citée dans des médias de nombreuses régions, dans des mémoires
réalisés par des associations étudiantes et dans une étude financée par la Société d’habitation du Québec – entre autres.

Devant la pertinence des données, les partenaires se sont entendus à ce moment pour maintenir un rythme triennal de l’enquête universitaire. En parallèle, l’UTILE a coordonné en 2019 la première enquête PHARE au sein du réseau collégial.

L'édition 2021 de l'enquête a été réalisée en partie grâce au soutien financier de la Société d'habitation du Québec, du Centre de transformation du logement communautaire et des associations étudiantes du Québec.